• Starting Books

Ne tournez pas la page, Seray Şahiner


​Au pays de : « “Aujourd’hui, Leyla Tasçi est morte.” […] Leyla retrace son histoire, malheureusement trop ordinaire, de femme battue et violée en toute impunité. Elle nous lance un défi : tourner la page, pour découvrir qu’une autre issue est possible. Celle de la révolte. »

La surprise

De la tonalité au format, de l’écriture au langage, tout est surprenant dans Ne tournez pas la page. C’est en créant un condensé de modernité, bijou littéraire, que Seray Şahiner dénonce la triste et horrifique réalité. Ancienne, toujours là.

Celle de la vie de femmes qui rêvent toujours d’amour, après la pire des épreuves, qui gardent toujours espoir, qui se lèvent et qui se battent. Celle de ces femmes réduites en esclavage et dont les doux mensonges ne servent qu’à éviter un énième coup.

Tout est surprenant dans ce texte d’une vitalité et d’un humour cathartique, et pourtant rien ne l’est. En plissant un peu les yeux, c’est une même brutalité nécessaire dans la parole, et une même révolte dans les regards décrits qui apparaissent… j’y vois un peu d’Elif Şafak.

Dans Ne tournez pas la page, il y a l’humour et la dérision de ceux qui ne baissent jamais les bras et le cynisme de ceux qui ont bien trop vécu. Enfin, la force des femmes qui n’ont pas le choix.

La force

Ne tournez pas la page est un texte brillant et loufoque. Si la parenté avec d’autres auteures féministes turques s’aperçoit au détour de quelques phrases, quelques émotions, ce livre n’en demeure pas moins incomparable.

Le lire sera aussi rapide qu’un coup de poing, s’en souvenir sera aussi douloureux qu’une éternelle gueule de bois… Ne tournez pas la page, ne détournez pas les yeux.

La note : Amatrices et amateurs de littérature traduite, avant-gardiste et éclairée, courez découvrir cette belle maison qu’est Belleville éditions !

La phrase : « Le premier mois, mon mari ne m’a pas battue. Ça doit être ce que l’on appelle la lune de miel ! »

Le tip : Ne soyez pas paresseux, et n’hésitez pas à vous référer au lexique, à la fin du roman, outil précieux pour comprendre les termes turcs que les traducteurs ont volontairement gardés.

L’itinéraire : Seray Şahiner, Ne tournez pas la page, Belleville éditions, 2018, 168 pages

Les guides : Marie et Dorothy, de Belleville éditions, merci de cette belle attention.

#SerayŞahiner #2018 #Turquie #Lesfemmes #Laviolence #Bellevilleéditions

   Abonnez-vous pour recevoir chaque chronique dans votre boite email !