• Starting Books

La solitude initiatique, Alain Delourme


​Pourquoi le lire ?

La solitude initiatique écrit par Alain Delourme est un guide, un document de travail, un livre d’éveil, parfois poétique, parfois pragmatique. Il s’intéresse à la solitude : la solitude pour soi, mais aussi et surtout, la solitude comme chemin. Ce livre paraît être à destination de chaque lecteur qui s’intéresse à ce sujet qui touche à la fois les sphères privée et publique, les domaines social, philosophique et psychologique. Que l’on en soit proche ou éloigné, que l’on y soit rompu, ou que l’on soit à la recherche de soi-même, que l’on souffre de solitude, ou que l’on en connaisse ses bienfaits, Alain Delourme propose ses connaissances et son expérience pour guider le solitaire, hors du monde et dans le monde.

On en apprend des choses ?

L’ouvrage est très complet et beaucoup de thèmes sont abordés, touchant tant à la philosophie qu’à la psychologie ou la spiritualité. L’auteur s’arrête sur les éléments nécessaires pour arriver à une solitude sereine et éclairée. Il s’intéresse également à ce vers quoi mène cette solitude assumée et voulue. Le second terme du titre, « initiatique », est presque plus important que le premier. La solitude est, en soi, considérée comme objet recherché, mais elle est surtout envisagée comme canal, comme chemin, comme parcours pour accéder à une croissance spirituelle.

Si Alain Delourme intègre quelques méthodes (méditation, respiration) qui confèrent à certains chapitres un caractère pragmatique bienvenu, le livre est riche en réflexions, parfois peut-être trop pour une première approche du thème. Proposant une étude globale du sujet, l’auteur s’autorise parfois à s’en éloigner : certains chapitres sont déconnectés du thème de départ, et s’attellent par exemple à expliquer l’importance des thérapies pour effectuer cette recherche en soi-même, et décrivent certaines expériences vécues lors de ces thérapies. Chaque lecteur ne sera pas nécessairement à l’aise vis-à-vis de ces digressions explicatives (prosélytes ?).

D’autant plus que tout est loin d’être accessible, tant dans les notions abordées que dans le vocabulaire utilisé. La lecture pourra alors paraître à certains égards, codée. Le livre n’est sans doute pas entièrement adapté aux néophytes - comme sa 4e de couverture ne l’indique pas.

Que comprendre ?

Certains des postulats de départ proposés par Alain Delourme ne sont pas toujours évidents et ne seront pas compris de tous. Le livre et son essence restent cependant compréhensibles.

L’objectif est de réhabiliter le concept même de solitude. D’affirmer que la solitude n’est pas un gros mot, qu’elle est, au contraire, un grand mot. Que la solitude est source de bienfaits, qu’elle permet de s’ouvrir aux autres et à soi. Qu’elle est donc un passage vers un mieux. Qu’elle renferme malheureusement à tort, surtout aujourd’hui, des notions péjoratives (ennui…) alors même qu’elle est source de bouleversements, d’éveil et de découvertes.

Alors, c’est pour qui ?

Pour ceux qui s’intéressent activement à la recherche de soi, peu importe le chemin (spirituel).

Pour ceux qui ont déjà lu des livres à caractère spirituel.

Pour ceux qui ne sont pas contre les références à Dieu, parfois.

Pour ceux qui n’ont pas peur des majuscules (Soi, l’Être, la Source, l’Autre, Cela, la Vie, Mystère).

A garder en mémoire : « La solitude choisie n’est pas la fuite du monde, c’est une autre manière d’apprécier celui-ci […] ».

L’itinéraire : Alain Delourme, La solitude initiatique, Éd. Accacias L’originel, 2016. 288p.

#2016 #Réflexions #Solitude #Développementpersonnel #Questionnements #Spiritualité #AlainDelourme #France #EdAccaciasLoriginel

   Abonnez-vous pour recevoir chaque chronique dans votre boite email !